Stress test : les valeurs bidon à suivre, SOCGEN, BNP, NATIXIS

Posted on 10 août 2011

1


Les experts Christine Laboulette Lagarde, Baroin (celui qui se roule par terre) et autres ploutocrates nourris par le système casino financier vont encore être ridiculisés par les faits, décidement têtus.

La Société Générale, sur une toute petite rumeur d’un tabloïd anglais, perd 16% dans la journée. La presse financière (enfin, les journaux de propagande appartenant aux groupes économiques qui encensent les mystérieux marchés) qui n’a rien vu venir et se félicitait hier encore d’une absence de crash n’en tirera aucune sorte de leçon. Bouchés à l’émeri, obtus jusqu’à l’infini, les banksters n’ont de cesse de convaincre des politiciens dépassés qu’il faut faire tourner la planche à billet. QE3 aux US, rachat des dettes italiennes et espagnoles en sous main pour la BCE. Helicopter Ben a enfin un alter ego, Canadair Trichet.

Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, l’exposition des banques françaises aux PIIGS (Portugal, Irlande, Italie, Grèce et Espagne) a progressé par rapport au quatrième trimestre 2010 de près de 25,2 milliards de dollars (17,6 milliards d’euros) à 671,7 milliards de dollars (470 milliards d’euros) (Moneyweek)

Mais tant va la cruche à l’eau …  Alors demain,ou la semaine prochaine,  quand les agences de notations vont dégrader la note de la France, quelles balivernes sortiront des milieux autorisés ? Remarquez bien qu’Ouvea a déjà commencé à empirer les choses en exigeant une enquête sur la rumeur – reprise par toutes les unes de la presse mainstream financière. C’est devenu à la mode, avec Martine, Carla …

Voilà ce que l’UMPS nous dirait, s’ils ne pratiquaient pas la langue de bois depuis 30 ans, avant la fin du mois, après la dégradation de la note.

Français, nous vous avons trompé depuis plus de 30 ans. Nous vous avons endetté car c’est le discours politique que vous souhaitiez entendre. Nos campagnes ont été financées par des multinationales qui ne paient pas d’impôts, des contrats d’armement et des rétro-commissions, des amis entrepreneurs contre un marché juteux, des lobbies qui souhaitaient mettre des produits dangereux ou polluants sur le marché. Pendant toutes ces années, vous le saviez et vous avez continué de voter pour nous. Aujourd’hui, la finance internationale, que nous avons dérégulé, protégé dans les paradis fiscaux, nous a phagocyté et nous ne contrôlons plus rien du tout. D’ailleurs, vous auriez du le comprendre, en nous écoutant aligner ânerie sur ânerie, et en réalisant que nous avons démantelé tous les acquis sociaux de 1945. La stratégie du choc est en marche, et nous ne reculerons devant rien pour garder nos fonctions et vous ruiner, pour le plus grand bien des actionnaires et des marchés.

Évolution de l’action et de la note (source Wikipedia)

L’action Société générale a perdu 61 % sur l’année 2008 et 20 % depuis le début de l’année 2009. Les titres concurrents BNP Paribas et Crédit agricole ont légèrement progressé en 2009.

Sa dette long terme Senior a été abaissée à la note A+ par Standard & Poor’s le 7 mai 2009, Aa2 par Moody’s le 14 avril 2009 et A+ par Fitch le 11 mai 200910.

Sans-faute pour les banques françaises aux tests de résistance économique – Le Point.

Advertisements