Immersion de Bin Laden: les politiques en mal de SuperMéchant ?

Posted on 2 mai 2011

0


OBL, Osama Bin Laden a été déclaré mort par l’administration Obama. En son nom, les respectables démocraties du « Monde Libre » ont  a loisir bombardé -seulement des frappes chirurgicales ! -, mutilé des dizaines de milliers d’innocents, en Irak, en Afghanistan, au Pakistan… Ont  brisé des millions de vies, tué, emprisonné, torturé, sans jugement, sans avocat et  promulgué des lois liberticides, pour NOTRE sécurité.

Le canular de la mort de Bin Laden

OBL est déjà mort il y a près de 10 ans, si l’on croit certains sites Internet, photo à l’appui, EUX !!! Des « conspirationistes », tel Alex Jones, n’hésitent pas à déclarer que l’administration Obama vient de le décongéler. Quant aux plus avertis, il savent que tout cela n’est que chimères, un peu comme la mission Apollo…

Pour des médias si prolixes  en commentaires et  images, force est de constater que la couverture des derniers instants de l’homme le plus recherché du monde est un peu indigente. Pas une photo – hormis celles , les fausses, qui circulaient sur le Net depuis des lustres  – pas une vidéo. Ah si, celle diffusée par les médias pakistanais, un faux qui a été démasqué tout de suite… Et le cadavre a disparu … jeté à la mer, pour observer le rituel musulman, à la sauce US disent certains imams. L’Empire nous a, par le passé,  habitué à d’autres démonstrations de gloire, en promenant ses captifs devant les caméras, insistant sur la grandeur du peuple américain et la justesse de sa mission.

 Osama Bin Laden ‘Shot in the Head’ by Navy SEALS »

« officials used facial-recognition technology to compare them with known pictures of bin Laden. »

Après un ou plusieurs tirs à la tête, la reconnaissance faciale est une gageure !

« DNA from the body was matched to confirm bin Laden’s identity« 

Les résultats des tests ADN prenant -dit-on – 4 jours minimum, ne vendons pas la peau …

Sérieusement,  pour Obama, avec sa réélection à préparer,  la chute libre du dollar, la montée des allocataires de food-stamps, cet évènement arrive comme une bénédiction ! Et moins de 12h après son exécution – quel autre mot utiliser – le corps est envoyé par le fonds. Emballé, c’est pesé ! Plus de traces. En même temps, c’est tellement gros que cela nous fait passer nous, les sceptiques, pour des conspirateurs… Une mise en scène de toute beauté ! Et comme l’économie américaine est exsangue en raison d’un budget militaire toujours plus gourmand, Obama fait coup double en se retirant d’Afghanistan, après qu’il eu terrassé OBL.

OBL est sans doute mort, mais depuis quand, et surtout, en quoi la mort d’un seul homme peut-elle changer le monde ? La guerre contre la drogue livrée dans les années 80-90 par les US a eu les mêmes résultats que celle contre le terrorisme : l’enrichissement du complexe militaro-industriel et l’augmentation, dans un cas du trafic, dans l’autre, des violences terroristes. Mais déjà les politiciens et experts de tous poils s’agitent pour brandir le spectre des représailles, se faire mousser  en s »érigeant en protecteurs de la nation, eux qui ont échangé toute vision sociale contre le tout-sécuritaire. Une stratégie décortiquée dans un documentaire de la BBC, intitulé The Power of Nightmares : en deux mots, quand on a plus rien à proposer au peuple, il faut le convaincre qu’on le protège.

Ben Laden, le joker du terrorisme d’État

Comment distraire des milliards de dollars et ne pas les employer pour le bien commun, en programmes de recherche (énergies renouvelables, recyclage…) ou dans les domaines de l’ éducation et de la santé ? Il suffit de créer un épouvantail, puis de financer une kyrielle d’agences fédérales chargées de lutter contre l’épouvantail et traquer – pendant 10 ans – l’insaisissable épouvantail, qui devait tout de même subir des dialyses hebdomadaires… on se demande dans quelle grotte.

Super Méchant a ainsi poussé les US à  libérer envahir l’Irak par un raccourci jamais expliqué par nos médias qui ont gobé les WMD (armes de destruction massive) sans sourciller, puis  l’Afghanistan, une manne pour les compagnies pétrolières qui souhaitent y faire passer leur pipeline. Grâce encore au spectre de la terreur , nos communications email et téléphoniques sont surveillées par nos gouvernements, et tout le monde trouve cela normal. Ces politiques sécuritaires consistent à habituer les masses à accepter la vidéosureillance vidéoprotection, les fouilles corporelles, la suspiscion , les fichiers croisés, LOPPSI, les contrôles d’identité au faciès, les puces RFID, en bref, le flicage de nos actes quotidiens.

Alors, que Bin Laden soit mort ou non, est-ce vraiment bien important, en regard de ce qu’on fait nos élus pour  nous pourrir la vie, au nom du tout-sécuritaire ?

Advertisements