Nicolas Hulot : pas de séquence irradiation pour Fukushima

Posted on 15 avril 2011

0


A chaque grande cause ses traitres. Chez les socialistes, DSK, l’homme qui se félicitait des bons indicateurs macro-économiques en Tunisie ou encore en Libye, il y a encore 2 mois et dont l’incompétence de l’instance placée sous son égide est soulignée dans un  rapport interne de l’Independent Evaluation Office, un organisme d’évaluation mis en place par les 187 membres, paru en janvier.

Chez les Ecolos, Nicolas Hulot, l’Ami du président, dont la fondation est alimentée par les plus gros pollueurs de la planète – qui siègent à son conseil d’administration – voudrait nous faire croire qu’il veut sauver la planète, mais avec les multinationales qui n’ont eu de cesse de la polluer et de financer des départements de Recherche et Développement dans le seul souci de réduire la durée de vie des produits fins (pièces de voiture, d’électronique, vêtements, ampoules…) pour qu’on consomme toujours plus..

Hulot voudrait nous faire croire qu’il peut concilier la voracité des banksters en quête d’une croissance exponentielle avec les principes d’une économie durable. Ses sponsors : EDF, TF1, L’Oréal, les Autoroutes du Sud de la France, Bouygues Telecom, Valorplast, Apple, Décathlon, Énergie Système, ETT, Eurotherm, Giordano Industries, Grohe, Knauf, Lafarge, Saint-Gobain Isover, Siplast Icopal, Tetra Pak France, UGAP, Weber et Broutin, Yprema…

Si on ne peut pas lui reprocher ses amitiés politiques ni son salaire à 33.000 € mensuels versé par la chaîne de TV qui vend de l’espace cerveau, il faut bien reconnaître que le verdâtre Hulot, en vendant son label Ushuaia à Peugeot, ou aux constructeurs d’autoroutes, oublie ses principes de réduction des gaz à effet de serre. Pas grave, Ushuaia, un label 100% rentable selon l’Expansion fait du chiffre. Que le gel douche Ushuaia figure sur la liste rouge de Greenpeace car il contient un perturbateur endocrinien, importe peu… pourvu que Nicolas Hulot garde sa liberté de parole, et son image de sauveur.

Mais de quelle parole s’agit-il ? Sur Fukushima, par exemple, pas de son pas d’images de la part d’un personnage qui a su se médiatiser pour moins que ça ! Sur le réchauffement climatique ? Pas un mot non plus…

Tout ce show ne serait alors qu’une vaine tentative de diversion du roué Sarkozy pour diviser les Verts ? Finalement, en 2012, les banksters auront placé un candidat de chaque bord et nous laissent l’illusion d’une société démocratique offrant des alternatives.

Sources :

http://www.decroissance.org/?chemin=textes/hulot

http://www.electronlibre.info/Nicolas-Hulot-finance-par-des,01177

Advertisements
Tagué: , ,