EADS : Le Point change d’avis comme Sarko de gouvernement

Posted on 26 février 2011

1


Ravitailleurs : même perdant, Airbus reste gagnant

C’est en fanfare  et avec ce titre que Le Point commente le contrat perdu par EADS au profit de Boeing, le 25 Février. Un article péchu qui nous explique pourquoi, même si Airbus n’a pas décroché le contrat que nous faisait miroiter la presse sarkozienne depuis des mois, c’est finalement une stratégie gagnante. Bref, on est content que ces Ricains soient assez cons pour fabriquer eux-mêmes leurs ravitailleurs qui serviront à tuer un peu plus d’innocents en Afghanistan ou n’importe où ailleurs – à condition qu’il y ai du pétrole à rafler.
Un seul hic, toute la presse nationale déplore le protectionnisme d’Obama (tiens, enfin du réchauffé) et le manque à gagner pour le fleuron de notre industrie aéronautique exempté d’impôts (grâce aux pertes reportées dans le temps, comme toute bonne entreprise du CAC40 (Total le pollueur, Danone l’alimenteur, etc…)

Avions ravitailleurs : EADS se dit « déçu » et « inquiet »

C’est bien ce que titre Le Point du lendemain 26 Février sur les actualités Google – bien que la date de parution de l’article soit antérieure au premier ! Quel sens du consensus, après l’éclat tricolore de la veille. Nul doute que ce genre de presse ai l’oreille du pouvoir en place. Un pouvoir qui s’est affiché et commis avec tous les dictateurs au sud de l’Espagne et qui telle la vierge effarouchée, se félicite des révolutions inspirées sans nul doute par l’exemple de nos démocraties occidentales. Ces sauvages auront retenu une leçon de notre colonisation, enfin, c’est comme ça que l’éthnocentrisme du gratte-papier commun trouve à s’exprimer.

A ce sujet, il faut absolument se reporter à un article brillant d’Acrimed intitulé « Egypte : les incantations du Point ». De quoi se bidonner un moment, en attendant ce que leurs journalistes Pointus vont pouvoir concocter sur la dégelée que va prendre le clan Ben Sarkozy, même après un 10e remaniement, au prochain loto présidentiel.

Pour rappel, un récent bidonnage du Point portant sur la polygamie  (je passe les faux charniers de Timissoara, les fausses armes de destruction massive) avait été démasqué et son auteur avait juré « d’attaquer un certain nombre de médias ». Puis molli, en décidant qu’il s’était fait piéger, le pauvre garçon. Sur Canal+, Franz-Olivier Giesbert, PDG du magazine, dément tout « bidonnage » et note « un mauvais concours de circonstances ». Encore un qui peut demander sa carte à l’UMPS, avec une telle mauvaise foi.

Publicités
Tagué: , ,