FBI offre emploi terroriste CDD et prison si affinités

Posted on 28 novembre 2010

0


Chaque fois que le  pseudo Nobel de la paix OBAMA a des difficultés avec sa politique économique, comme la semaine dernière après l’annonce du QE2 – traduire recours à la planche à billet-  les Etats-Unis se retrouvent tout à coup menacés (Corée ou islamistes). La gouvernance par la peur est une stratégie consistant à prétendre que le rôle du gouvernement est de protéger les populations contre des risques (inexistants le plus souvent). Cela permet de dissimuler l’absence de vision , l’échec de la politique actuelle, et surtout, de réduire les libertés civiles au profit de la sacro sainte sécurité. On voit ce que cela donne dans les aéroports.

Toute la presse – celle des armes de destruction massive- a repris une fois de plus l’information sur l’attentat terroriste déjoué sans aucune vérification : il s’agit avant tout de montrer aux Bidochon que les mesures de flicage permanent et le déploiement de l’armée servent à déjouer les attentats et pas d’analyser les faits.

Manque de bol, c’est le FBI qui est derrière le pseudo attentat. Comme pendant la guerre froide, on prête à l’ennemi d’alors, l’URSS, un machiavélisme, des technologies et des moyens que le pays exsangue n’a plus depuis longtemps mais qui sont indispensables au mythe néocons Reagan et ses amis qui vendent du matériel d’armement.

La thérorie : le principe de précaution

Le FBI a maintenant adopté les méthodes « pré-emptives » décrites dans le film Minority Report, tout comme l’a fait Poutine en Russie. Ajoutez-y un zeste de principe de précaution, et toutes les libertés civiles seront suspendues. Le FBI va donc inciter les suspects potentiels à  commettre des actes terroristes, et leur fournir les moyens matériels et financiers, comme cela a déjà été le cas au World Trade Center en 1993.

En substance, le principe de précaution dit que ne pas avoir la preuve que quelque chose pourrait devenir un problème n’est pas une raison pour ne pas agir comme s’il s’agissait d’un problème. Cette phrase incluant un  triple négatif indique que l’action en l’absence de preuve est justifiée. Il faut imaginer le pire et appliquer l’imagination  sur les pires éléments de preuve qui existent actuellement.

La force motrice de ces nouvelles politiques mondiales dans la guerre contre le terrorisme a été un cauchemar: et telle était la puissance de ce fantasme qu’il a aussi commencé à transformer la nature même de la politique parce que, de plus en plus, les politiciens ont découvert que leur capacité à imaginer l’avenir et les terribles dangers qu’il portait leur avait donné un nouveau rôle  héroïque dans le monde.

Modus Operandi

En espionnant nos communications, nos mails, nos pensées, le FBI sélectionne un profil  :  jeune, islamiste avec des désirs de vengeance. Il suffit d’approcher la cible, lui fournir le lavage de cerveau et la logistique nécessaire, puis de déjouer l’attentat en convoquant la presse et de recevoir les félicitations du bon peuple gogo. Vous avez peur ? Nul doute que Sarkozy, qui a recours lui aussi aux fausses alertes lorsque les chiffres sont mauvais, va nous ressortir un plan vigie pirate dans pas très longtemps, quand le stock de Prozac de Christine Lagarde sera épuisé…

Source :  Les mots ont un sens

Advertisements