L’insertion de liens hypertextes vers toute partie du site carte-musique.gouv.fr est interdite, sauf autorisation préalable et écrite du ministère de la culture et de la communication.

Posted on 29 octobre 2010

1


Le titre du billet réfère aux mentions légales du site dont l’objet va coûter au contribuable 25 millions d’Euros, afin d’engraisser les Majors et autres copains des coquins, Orange, FNAC et Itunes, pour n’en citer que quelques uns.

Récapitulons :  Sarkozy a sorti HADOPI pour faire plaisir aux Majors et HADOPI comportait un volet de promotion de l’offre légale sur le Net. On a dit légal, pas gratuit…ce qu’offre le P2P  Après un dur labeur créatif, le think tank a enfin trouvé un slogan à la mesure de son génie économique : 50 % de mise, 100 % kiff.

Les autres 50% de la mise, c’est toi Dugland qui les mettras car t’aime bien que les djeuns ne se commettent pas à voler des MP3 en ligne et que bon, le marché de la musique, c’est comme la production laitière, il lui faut des subventions, La Carte  Musique Jeune – oui, le nom pue, j’en conviens-, va résoudre le problème du coût de l’offre légale.

Comment ? En sponsorisant le téléchargement de musique d’auteurs du genre Jauni – on a pas parlé de promouvoir la créativité musicale- – et en confiant la distribution de ces « cartes musique » à des poids-lourds du marché en  place.  Une offre légale qui sera réduite en plus à la seule tranche d’âge 12-25. Je doute fort que cette tranche d’âge soit celle qui pirate le plus et surtout dispose de ressources financières suffisantes pour apaiser les appétits financiers des moines copistes de l’audiovisuel.

Le plus fort dans tout ça, c’est que ce site qui veut absolument faire de la promotion interdit qu’on y fasse référence par un simple hyperlien…Cela en dit long sur l’Internet vu depuis la lorgnette  du ministère de la culturefric. Un univers dans lequel il n’est fait aucune place au logiciel libre, à Creative Commons mais où  il faut patenter absolument le moindre clic de souris pour en tirer profit. Que le contribuable soit le payeur, on le savait déjà, mais faire de la publicité pour des plateformes privées sur un site du gouvernement ou à la télévision, cela n’a plus rien à voir avec la culture.

L’inscription sur ce site d’e-commerce  estampillé gouv.fr est une véritable collecte de données à caractère personnel telles que le lieu de naissance, le code postal…toutes informations inutiles pour effectuer un achat sur Internet, mais utile pour constituer une base de données avec vos préférences musicales. Bien évidemment, ce formulaire est aussi utiles que les fonctionnaires de l’HADOPI, puisqu’il ne permet aucune vérification effective de l’âge du djeuns et surtout, autorise de multiples cartes puisqu’il n’est pas impossible de s’inscrire avec un autre email. La cerise sur le gâteau, c’est que la carte peut servir à acheter des applications Itunes dans le catalogue, mais avec la limite de 5 millions d’euros annuels, fixés par decret !

Source : Le Monde

Advertisements