Censure de l’Internet : éradiquons la COiCA

Posted on 22 septembre 2010

4


Qu’on l’appelle LOPPSI, COICA ou ACTA, nos pesudo démocraties sont en train de nous préparer un Internet à la chinoise. Rendez-vous sur le moteur de recherches bridé (sans jeu de mots) Baidu et essayez quelques mots-clés comme ultrasurf, ou Tibet et voyez ce que nous préparent nos énarques. Cette législation a été proposée par le sénateur Patrick Leahy, dont les principaux contributeurs manipulateurs sont Time Warner, Vivendi et  Walt Disney.

La COCA (Combating Online Infringement and Counterfeits Act) permettra de bloquer l’accès à certains sites Web dont le contenu est jugé « consacré à des activités de contrefaçon ». Pour rappel, lorsque vous recevez au bureau ou à la maison des PowerPoint débiles contenant de la musique ou des photos, c’est du contenu contrefait. Appliquée à la lettre, l’ACTA permet de qualifier de contrefaçon toute copie de contenu numérique, et toute transmission de ce contenu sur le réseau. Qui jugera du contenu ? Un comité de salut Public à la Robespierre, sans aucune représentation populaire. Un panel de juges nourris au grain des lobbies multinationaux, façon HADOPI.

Incompétents techniquement, ces juges pourraient par exemple décider que le logiciel libre concurrençant l’industrie de l’édition logicielle, il faut bloquer les sites mettant ce contenu à disposition puisque c’est de la contrefaçon gratuite.

Rappellons que la dictature Obama/Goldman Sachs  dispose déjà de  pléthore d’outils de répression des contenus illicites, comme le DMCA pour supprimer les sites offensants. Pourquoi alors créer cette loi, sinon pour bâillonner un Internet dont la liberté d’expression nuit un peu trop aux oligarques qui nous gouvernent.

Remarque : quand le Ministère de l’Inkulture pirate une photo et contrevient à la réglementation sur le droit d’auteur, ils se fendent d’un simple communiqué  bidon, et prennent leurs concitoyens pour des billes. Aux US, on aurait interdit l’accès à leur site de manière préventive.

« Suite à un problème technique d’affichage du crédit photo, le département de l’information la désinformation et de la communication censure tient à présenter ses excuses à Didier Rykner. A présent ce défaut d’affichage est résolu et la photo a retrouvé son crédit d’origine« 

http://www.anti-acta.com/

sources :

http://www.zdnet.com/blog/howell/bill-would-let-us-kill-allegedly-infringing-sites-without-trial-immunize-isps/494

Censorship of the Internet Takes Center Stage in « Online Infringement » Bill | Electronic Frontier Foundation.

Advertisements